Ce petit texte polémique écrit pour une conférence que Roland Castro donna aux étudiants de l’Université de Princeton aux États-Unis en 1993 n’a rien perdu de son actualité. Il dit en clair que si Le Corbusier était un grand artiste, il théorisa une idée de l’homme et de sa façon de vivre dans un lieu (habiter, travailler, se divertir et circuler) si radicalement réductrice, qu’elle empoisonne encore nombre de ses émules qui ont infesté le monde entier de ces barres d’immeubles, cités HLM et autres grands ensembles hideux et invivables. Il est donc urgent de prendre en compte dans tout projet urbain la part d’ombre qu’il y a en chaque être humain dont Freud, le premier, entreprit de sonder les tréfonds. À l’heure où se discute le projet de loi « évolution du logement de l’aménagement et du numérique » (Elan), il est crucial de se souvenir qu’il n’y a pas d’algorithme, de pensée scientiste qui puisse se substituer à la complexité humaine et qu’il en va de notre vie en commun.

Editions du Canoë
Genre : Essai – Format : 12 x 18,5 – Pages : 64 – Prix : 10 €
ISBN : 978-2-490251-04-9