frise

CRÉER DU LIEN EN CRÉANT DES LIEUX

C’est l’urbanité et non l’approche démiurgique de l’urbanisme qui est au cœur de notre réflexion : à l’échelle d’un bâtiment, d’une rue, d’un quartier ou d’un territoire plus vaste, nous tentons d’aborder le projet par les lieux qu’il invente, par l’espace entre les choses et la façon dont elles sont ensemble et s’agrègent.

L’agence a été fondée en 1978 par Roland Castro. En 1988, il s’associe avec Sophie Denissof – ils sont rejoints en 2005 par Silvia Casi et en 2012 par Marie-Hélène Hours et Gérald Heulluy.

L’Atelier Castro Denissof et Associés rassemble aujourd’hui 25 personnes.

L’activité citoyenne et intellectuelle de Roland Castro forme le terreau de la pratique de l’agence qui – dans la suite de la création avec Michel Cantal-Dupart de Banlieue 89 en 1981 et de la réalisation du premier plan du Grand Paris, puis de l’élaboration pour le Département des Hauts-de-Seine en 1993 d’un plan de lutte contre la ségrégation urbaine – instruit une critique constructive du mouvement moderne.

Pendant les années 1990-2000, l’agence développe et réalise de nombreux projets de remodelage urbain et architectural de grands ensembles : à Lorient, Villeneuve-la-Garenne, Liège, Douchy-les-Mines, Boulogne-sur-Mer, Dunkerque, Lyon-La Duchère… En 2005 est publié «(Re)Modeler Métamorphoser », un guide du remodelage.

En 2008, l’Atelier participe à la consultation internationale du Grand Paris et publie « Le Grand Paris, capitale pour l’homme, capitale pour le monde ». Des réflexions sur le Grand Paris, naîtra la production de concepts architecturaux et urbains tels que La Ruche, Totem, Villa Universitaire.

Une réflexion thématique sous forme d’une collection « Les Chemins de L’Urbanité » qui explore différents sujets : Habiter le ciel, Vivre le fleuve, Libérer les usages etc… et propose des réponses architecturales, techniques, réglementaires est développée avec Nexity, partenaire de l’agence sur le Grand Paris.

Le projet de Central Park à La Courneuve publié avec CDU en 2014 dans la poursuite des réflexions sur le Grand Paris multipolaire, témoigne de notre capacité à agir au-delà de notre rôle d’architecte, à devenir force de proposition, identificateur des potentialités d’un territoire en amont des acteurs politiques ou économiques.

FABRIQUER

Des leçons sont tirées des projets de remodelage qui influencent la manière d’aborder les projets de quartier, qu’ils soient de grande échelle comme le Plateau des Capucins à Angers, Louvres-Puiseux ou la Pompignane à Montpellier ; ou d’échelle plus petite comme à Marseille, Stains, Bobigny, Juvisy, Paris…

L’hospitalité des espaces urbains, la qualité et la consistance des vides, le rapport des objets entre eux mais aussi l’habitation et toutes ses déclinaisons, et toutes ses qualités d’appropriation comme autant de maisons constituent le socle de quartiers durables, désirables autour de l’un et du commun.

« Habiter Le Ciel » qui développe un nouveau mode d’habiter en hauteur autour de jardins communs superposés, proposant à la fois la qualité de maisons individuelles et la convivialité du partage d’espaces communs, être chez soi tout en étant ensemble. Ce projet se réalise aujourd’hui à Aubervilliers Place du Front Populaire autour d’un concept de village vertical ponctué de jardins.

NOTRE SAVOIR-FAIRE est nourri de ces multiples réflexions et d’une expérience longue et diverse que peuvent illustrer des réalisations pour nous emblématiques :

  • Les remodelages de la Barre République et du Quai de Rohan à Lorient,
  • Le quartier de la Joliette à Marseille,
  • Le quartier des Trois Rivières à Stains,
  • Le projet mixte de la rue de Bagnolet dans le 20ème arrondissement de Paris comprenant l’hôtel Mama Shelter, la Médiathèque Marguerite Duras et un ensemble de logements,
  • Le projet « Habiter le Ciel », place du Front Populaire à Aubervilliers,
  • La réhabilitation de la Tour Hachette dans le 15ème arrondissement de Paris,
  • La création de l’Écoquartier de Louvres-Puiseux en France…

 

Chaque bâtiment est pour nous un projet urbain : s’efforçant de ne pas céder aux tendances et aux modes éphémères, nos projets doivent permettre à chacun l’appropriation du lieu.